Project Management Guide
FAQ
← Retour à la FAQ

Qu'est ce qu'une approche de gestion de projet ?

Au niveau international, le nombre et la complexité des projets gérés par les entreprises sont en augmentation. Dans son rapport 2017 Job Growth and Talent Gap, le Project Management Institute (PMI) prédit que les employeurs devront recruter près de 2,2 millions de professionnels des projets chaque année jusqu’en 2027. « L’économie mondiale s’oriente de plus en plus autour de projets : la gestion de projet se développe dans les secteurs traditionnellement moins concernés, comme la santé, l’édition ou les services, » écrit le PMI. Avec des projets toujours plus nombreux et complexes, les chefs de projet se tournent de plus en plus vers des méthodologies éprouvées pour rester organisés et maximiser l’efficacité du flux de travail. Chaque approche de gestion de projet est mieux adaptée à certains types de projet. Examinons certaines des approches traditionnelles de gestion de projet les plus courantes.

Approches traditionnelles de gestion de projet

Certaines des approches traditionnelles de gestion de projet les plus connues ont été développées pour des secteurs tels que la fabrication ou l’ingénierie, qui créent des produits physiques comme des bâtiments, des voitures ou des ordinateurs. Ces approches comprennent :

  • La cascade : Il s’agit peut-être de la façon la plus courante de planifier un projet. Cette méthode propose une approche séquentielle. Chaque tâche doit être terminée avant que la suivante ne commence et ainsi de suite jusqu’au livrable final. Ces plans de projet peuvent facilement être réutilisés pour les suivants.
  • Méthode du chemin critique: Similaire à la méthode de la cascade, la méthode du chemin critique est une approche séquentielle qui permet au chef de projet de prioriser les ressources, de mettre l’accent sur les tâches les plus importantes et de décaler les tâches moins prioritaires qui pourraient ralentir l’équipe.
  • Chaîne critique: Cette méthodologie met l’accent sur les ressources nécessaires pour chaque tâche du projet. À l’aide de cette approche, le chef de projet identifie les ressources nécessaires et les affecte aux tâches les plus critiques et prioritaires — celles de la « chaîne critique » — tout créant des marges temporelles autour de ces tâches afin de veiller à ce que les échéances principales du projet soient respectées.

Approches de gestion de projet Agile

La gestion de projet Agile est une méthodologie collaborative qui comprend de courts cycles de développement appelés « sprints » qui intègrent des retours au fur et à mesure de la progression du projet. L’objectif est que le projet soit le plus flexible possible et s’améliore en continu. Cette méthodologie a été développée par 17 personnes en 2001 comme une approche optimisée du développement logiciel. (Voir le Manifeste du développement logiciel Agile officiel) La gestion de projet Agile donne plus d'importance à la collaboration de l’équipe qu’à la structure hiérarchique. Les approches Agile les plus connues comprennent :

  • Scrum. Dans cette pratique, les responsabilités traditionnelles du chef de projet sont réparties parmi les équipiers. Le Scrum Master sert de guide et de facilitateur.
  • Kanban : Adaptée aux projets dont les priorités sont amenées à changer fréquemment, la méthode Kanban est similaire à Scrum, mais avance régulièrement, sans périodes de sprint prédéfinies. Les tâches sont lancées lorsque c’est nécessaire et que la capacité le permet.
  • Extreme programming (XP) : L’approche Extreme Programming a été développée spécifiquement pour l’ingénierie logicielle. Elle est idéale dans des scénarios où les clients ne sont pas sûrs à 100 % de ce qu’ils veulent comme produit final et ont donc besoin de pouvoir tester et faire des commentaires à plusieurs reprises.
  • Adaptive project Framework (APF) : Cette approche est également adaptée aux projets informatiques qui ont besoin d’un haut niveau de flexibilité et d’adaptabilité. Elle a été développée par un expert du secteur, Robert K. Wysocki, et décrite étape par étape dans le livre de ce dernier, Adaptive Project Framework : Managing Complexity in the Face of Uncertainty