Théodore Roosevelt a dit un jour, « Au moment de prendre une décision, la meilleure chose à faire est la bonne décision, la seconde meilleure chose est la mauvaise décision, et la pire des choses à faire est de ne rien faire. »

C'est pertinent. Pourtant, lorsqu'il s'agit de prendre une décision, bon nombre d'entre nous se retrouvent paralysés. Nous sommes terrifiés à l'idée de prendre une mauvaise direction et par conséquent, nous restons figés dans notre démarche, espérant en vain que la décision correcte devienne plus évidente. Vous savez déjà que ceci n'est pas une stratégie efficace, surtout lorsqu'il s'agit de gérer votre charge de travail et de diriger votre équipe. Au lieu de cela, il est bien plus sage de considérer les compétences et conseils que vous pouvez obtenir pour améliorer votre prise de décisions et ne plus rester bloqué.

« Les leaders n'ont pas peur de prendre une décision », explique le psychologue comportemental et marketing, Dr. Elliott Jaffa, « Mais ceux qui les suivent oui. »

En effet, une solide prise de décisions est l'un des fondements clés d'un leadership efficace. Mais, sans vouloir offenser Teddy Roosevelt, c'est plus facile à dire qu'à faire. Nous allons nous plonger dans les différentes stratégies que vous pouvez utiliser, pour optimiser vos compétences en matière de prise de décisions.

Les obstacles à une solide prise de décisions

Nous avons tous déjà pris de bonnes et de mauvaises décisions. Mais, pourquoi sommes-nous capables de prendre une excellente décision un jour, et d'en prendre une lamentable le lendemain ? De nombreux obstacles entrent en jeu :

« L'un des obstacles réside dans l'hypothèse erronée que nous n'avons pas le temps de penser », déclare Mike Kallet, PDG de HeadScratchers et auteur de Think Smarter. « C'est ridicule, parce que si vous ne pensez pas suffisamment, vous ferez des erreurs qui vous prendrons beaucoup plus de temps finalement, sans parler de l'argent gaspillé et des opportunités manquées. »

Par conséquent, au moment de prendre une décision, le rendement est souvent prioritaire sur l'efficacité. « Nous sommes payés pour ce que nous faisons », ajoute Kallet. « Nous sommes satisfaits lorsque les tâches sont réalisées. Penser et clarifier un problème est perçu comme un ralentissement. »

Un autre obstacle à la bonne prise de décisions est appelé l'ancrage. « L'ancrage est un préjugé sur les décisions qui découle de la façon dont la mémoire à court terme fonctionne », affirme Yolanda Berry, qui détient un master en économie comportementale, et travaille comme principale consultante pour UK Behavioural Economics.

Le guide pour prendre de meilleures décisions - aucun encrage

Berry donne un exemple simple associé aux nombres : si elle demandait à quelqu'un les deux derniers chiffres de son numéro de sécurité sociale, puis lui demandait de deviner le nombre de pays africains membres de l'ONU, sa réponse serait certainement supérieure (si les deux derniers chiffres de son numéro de sécurité sociale sont plus proches de 99 que de 1).

« Même s'il n'y a évidemment aucun lien entre ces deux choses, le fait que ce nombre soit dans notre mémoire à court terme influence notre capacité à deviner correctement », explique-t-elle.

La fatigue décisionnelle est un autre phénomène pouvant sérieusement impacter notre capacité à prendre de bonnes décisions. « Il existe des preuves formelles démontrant qu'une grande quantité de décisions affecte la qualité de ces décisions », ajoute Berry.

Les études montrent que les médecins ont plus tendance à prescrire des antibiotiques à la fin de leur journée qu'au début. Les juges ont plus tendance à refuser la liberté conditionnelle en fin de journée que le matin. Tout ceci est une preuve tangible de la fatigue décisionnelle. Nous nous lassons de prendre des décisions, ce qui réduit fortement nos chances de prendre de bonnes décisions.

Comment prendre de meilleures décisions

Maintenant que vous comprenez ce qui peut potentiellement entraver une bonne prise de décisions, quelles stratégies pouvez-vous mettre en place pour augmenter vos possibilités de surmonter ces obstacles ? Voici six conseils pour améliorer vos propres capacités à prendre des décisions.

1. Comprendre le problème

Pour bien commencer, Kallet affirme que les leaders doivent d'abord saisir la base du problème : quelles sont les racines du problème que la décision doit résoudre ? En explorant l'étendue du problème, vous êtes mieux à même d'identifier et de clarifier vos priorités.

« La plupart des erreurs de décision surviennent lorsque l'on ne sait pas clairement ce qu'est réellement le problème et que l'on tourne en rond sur la façon dont nos solutions pourraient véritablement résoudre le problème », explique Kallet.

« Le but de cette réunion est-il de prendre une décision en une heure, la durée de cette rencontre, ou bien est-il de trouver d'autres options ? » demande Therese Huston, docteure et auteure de How Women Decide lors d'un entretien dans Harvard Business Review Ideacast. « Ces priorités sont très différentes. »

Comprendre le problème et utiliser cette connaissance pour identifier les priorités pertinentes vous apporte le contexte nécessaire pour prendre une meilleure décision.

2. Éliminer les décisions non importantes

Prenez une minute pour penser à certains des plus célèbres entrepreneurs du monde. Maintenant, imaginez leurs tenues les plus souvent portées. Cela peut vous sembler être une question bizarre. Mais je parie que vous êtes en train d'imaginer le célèbre pull à col roulé de Steve Jobs ou le T-shirt gris notoire de Mark Zuckerberg.

Nous avons déjà abordé l'incidence que peut avoir la fatigue décisionnelle sur la qualité de vos choix. Déléguer, automatiser, voire même éliminer les décisions qui ne doivent pas être prises par vous exclusivement sont des moyens de préserver vos ressources mentales pour vos discussions les plus importantes.

« Planifier en avance et prendre des pré-décisions réduisent la fatigue décisionnelle », indique Berry.

Du choix du menu de chaque soir de la semaine à la désignation de quelqu'un d'autre pour diriger quelque chose qui ne vous concerne plus, vous décharger de ces encombrements peut grandement vous aider.

3. Donnez-vous plusieurs options

« La plupart des gens ont seulement un plan A et ne considèrent jamais les plans B, C ou D », ajoute Dr. Jaffa. Il est important de vous donner des options réellement différentes lorsque vous tentez de prendre une décision.

Comme l'explique Huston, nous tombons souvent dans le piège de ne nous donner qu'une seule option ou de nous convaincre qu'il y en a que deux : « Nous pensons souvent, dois-je faire cela ou pas ? Dois-je recruter Samantha ou pas ? Dois-je prendre une pause de 30 minutes à midi et faire une marche ou pas ? Dans chacun de ces cas, il n'y a en fait qu'une seule option : je vais modifier cela ou je vais laisser la situation telle qu'elle est. »

En règle générale, Huston affirme qu'il est préférable de vous donner trois solides options à envisager. Elle utilise l'exemple d'une entreprise qui décide si elle doit construire un stationnement pour ajouter de la clarté.

« Au lieu du simple "devons-nous construire un stationnement ou pas", les trois options pourraient être : "devons-nous construire un stationnement, devons-nous donner à tous nos salariés des cartes de bus, ou devons-nous donner à nos salariés la possibilité de travailler depuis leur domicile un jour par semaine ? », ajoute-t-elle. « Toutes ces options pourraient résoudre le problème, mais elles sont très différentes. »

Lorsque vous vous donnez de nombreuses voies différentes à choisir, il devient certain que la qualité finale de votre décision sera meilleure. Vous êtes à même d'identifier la voie réellement meilleure, plutôt que de vous limiter à un format « oui » ou « non ».

Le guide pour prendre de meilleures décisions - donnez-vous des options

4. Développez une approche structurée

Il peut sembler étrange d'appliquer une approche structurée à la prise de décisions. Mais, croyez-le ou non, cela peut être une aide précieuse.

« Une approche très structurée de la prise de décisions est un excellent moyen de minimiser les incidences de l'encrage et des autres représentations cognitives », ajoute Berry. « Si vous entrainez votre cerveau à suivre un cadre spécifique lorsque vous prenez des décisions commerciales, ce processus de pensée réduira l'influence des mémoires superflues. »

Cela peut sembler très compliqué mais ce n'est pas forcément le cas. Votre propre cadre peut comprendre quelque chose d'aussi simple qu'une série de questions que vous vous poserez à chaque prise de décisions.

« C'est la raison pour laquelle la plupart des chefs de projet efficaces ont toujours une carte précise des risques et des dépendances dans leurs plans de projet », continue Berry. « Les diagrammes des flux, les plans de secours et les matrices décisionnelles ne permettent pas seulement de se débarrasser des représentations cognitives, ils permettent également de prendre des décisions sur la base d'un groupe de possibilités connues d'avance. »

Prenez du temps pour penser à vos possibles moyens d'être plus structuré dans votre prise de décisions. Qu'il s'agisse d'une succession d'étapes que vous devez réaliser ou des choses auxquelles vous devez réfléchir, avoir ce cadre vous donnera la possibilité de faire des choix en possédant toutes les informations nécessaires.

5. Prenez de la distance

Vous avez probablement déjà entendu dire que « la nuit porte conseil », lorsque l'on doit prendre une décision importante. Si auparavant vous leviez les yeux au ciel et balayiez cette idée en pensant que c'est un cliché, vous devriez la reconsidérer. En réalité, prendre de la distance par rapport à une décision importante peut vous aider à faire un choix final de meilleure qualité.

« Que ce soit la nuit qui permette la distance ou non, l'idée est que prendre de la distance par rapport à la décision est une étape très importante », précise Huston. « Vous ne pourrez peut-être pas prendre une semaine, mais au moins une heure peut changer les choses. »

Consultez les recherches du département de commerce et d'économie de l'université de Maastricht, par exemple, qui a utilisé un jeu d'ultimatum et 168 participants différents pour conclure que retarder une décision apporte généralement de meilleurs résultats.

La nuit vous portera conseil, c'est certain.

6. Sortez de vous-même

Lorsque vous êtes prêt à prendre la décision, si vous êtes trop concentré sur les détails, vous pouvez manquer d'une vue d'ensemble (c'est l'arbre qui cache la forêt). Pour cette raison, les scientifiques conseillent d'observer la situation sur la base de cette question : Que conseilleriez-vous à un ami qui serait dans la même situation ? Prendre du recul peut vous aider à voir les choses plus objectivement et à considérer toutes les informations et les différentes perspectives en jeu.

Les études de l'université de Waterloo et du Michigan corroborent cette idée. Les chercheurs ont posé à 100 participants une question concernant les relations. À certains, on a demandé d'imaginer que quelqu'un les avait trahi et à d'autres, on a demandé d'imaginer que leur ami avait été trahi. Ensuite, ils répondaient à un questionnaire conçu pour mesurer leurs compétences en termes de sagesse de raisonmment.

Comme les chercheurs l'avaient prédit, les personnes qui pensaient à ce que leur ami devait faire tendaient à faire preuve de plus de sagesse dans leurs réponses que ceux qui pensaient à eux-mêmes », explique Melissa Dahl dans un article pour New York Magazine.

Si vous séchez sur une décision, utilisez la même tactique de penser en dehors de soi-même pour pouvoir accéder à une nouvelle perspective et arriver finalement à une décision plus sage.

Prendre de meilleures décisions - sortez de vous-même

Il est temps de prendre de meilleures décisions

La capacité à prendre de bonnes décisions est un élément essentiel d'un leadership efficace. Mais malheureusement, cela fait partie des choses qui sont plus faciles à dire qu'à faire.

Si vous peinez à prendre vos décisions (comme beaucoup d'entre nous), il existe plusieurs stratégies que vous pouvez mettre en œuvre pour optimiser vos capacités de prise de décisions, notamment :

  • Prendre le temps de comprendre la racine du problème.
  • Ignorer les décisions non importantes.
  • Vous assurer de vous donner suffisamment d'options.
  • Développer une structure ou un cadre de prise de décisions.
  • Faire une pause et prendre de la distance vis-à-vis de la décision.
  • Réfléchir à ce que vous conseilleriez à un ami dans une situation similaire.

En prenant le temps d'analyser au moins certaines de ces étapes, vous être sûr d'augmenter vos chances de prendre de meilleures décisions à l'avenir.

Commentaires 0

Oops! This content can only be shown if you consent to cookies.

Find out more