Voici Marc. Marc est à la recherche d'un nouvel emploi. Quand il fini par trouver la description d'un emploi qui semble être fait pour lui, il décide de faire des recherches sur l'entreprise pour en savoir plus à son sujet.

Les premières plateformes consultées par Marc sont Facebook et Glassdoor. Et bien qu'il ait du mal à contenir son enthousiasme sur ce que le poste implique, les critiques publiées à propos de l'entreprise le font rapidement revenir sur terre.

Horaires irréalistes. Aucun appui de la direction. Pas de possibilité d'évolution. Politique administrative toxique.

Malgré les photos haute résolution d'employés modèles partageant un moment convivial sur la page « À propos », Marc réalise que la culture de l'entreprise est à l'opposé de ce que l'employeur essaie de promouvoir. Il ferme donc la description du poste et reprend ses recherches pour trouver quelque chose qui lui conviendra mieux.

Si vous êtes un employeur, cette anecdote vous préoccupe certainement. Le fait qu'un candidat place une telle confiance et accorde autant d'importance à une critique (qui pourrait très bien avoir été publiée par un ex-employé mécontent), réduit à néant tout le travail que vous avez accompli pour améliorer votre marque employeur.

Mais rassurez-vous, cela arrive plus souvent que vous ne le pensez. Et le fait que les candidats se fient à ces informations avant même de postuler à un poste a des conséquences désastreuses.

Quelle est l'importance réelle de la culture d'entreprise ?

« Sur Glassdoor, site consulté par la grande majorité des travailleurs d'Amérique du Nord notamment, pour orienter les prises de décision en matière d'emploi, on considère son impact comme un coup dur pour le recrutement, et une augmentation de la rotation du personnel », explique Perry Petrozelli, PDG d'Aventr, entreprise de développement d'applications visant à renforcer l'engagement de l'employé.

En effet, la culture d'entreprise est au cœur des préoccupations pour de nombreux candidats, notamment pour ceux de la génération Y. En réalité, 80 % des jeunes de la génération Y, lorsqu'ils évaluent un employeur potentiel, accordent la plus grande importance à la culture d'entreprise et au fait d'entretenir de bonnes relations avec leurs collaborateurs, même plus grande que celle accordée aux opportunités de carrière.

Ce que la génération Y recherche chez les employeurs

Crédit image

Si vous ne gérez pas activement votre e-réputation, vous prenez le risque que d'autres créent pour vous une marque employeur, au lieu de la créer vous-même.

« Lorsque quelqu'un publie un commentaire négatif, beaucoup en déduisent qu'il s'agit d'un ancien salarié mécontent qui s'épanche » explique Cara Silletto, titulaire d'une maîtrise en Administration des affaires (MBA), et présidente et directrice de la rétention chez Crescendo Strategies, une entreprise visant à réduire la rotation du personnel. « Lorsque ce genre de commentaires d'anciens employés ou d'employés actuels sont récurrents, une certaine image est générée, c'est votre marque employeur. Si vous ne créez pas votre marque employeur de façon proactive et intentionnelle, vous vous retrouverez avec une image que vous n'avez pas choisi ».

Selon une étude interne de Glassdoor, 74 % des utilisateurs seraient plus enclins à postuler à un emploi auprès d'une entreprise qui gère sa marque employeur de façon active.

« Sur le marché du travail d'aujourd'hui, les candidats sont ceux qui prennent le dessus », ajoute Silletto. « Dans une certaine mesure, cela s'explique par l'accès aux informations publiées sur les sites d'avis et de notation ».

En ce qui concerne vos collaborateurs actuels, une étude révèle que les salariés qui donnent une mauvaise note à leur entreprise ont 15 % de chance de plus de rechercher un nouvel emploi par rapport à leurs collègues.

Comment promouvoir une culture d'entreprise positive

Vous comprenez désormais qu'il est important de développer une culture d'entreprise dynamique aussi bien pour recruter de nouveaux employés que pour retenir vos collaborateurs et cela, que vous vous souciez ou non des avis négatifs publiés sur vos profils. Cela ne veux pas dire pour autant qu'il s'agit d'un processus simple.

Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul à ressentir cela. Selon une étude menée par Deloitte, 87 % des organisations considèrent la culture et l'engagement comme un de leurs plus grands défis. Il s'agit d'un projet ambitieux, mais réalisable, à condition que vous soyez prêt à prendre les mesures suivantes :

1. Tirez les leçons des avis négatifs

Votre première réaction, en découvrant un commentaire négatif sur Glassdoor ou Facebook, sera peut-être de lever les yeux au ciel ou de ne pas prendre la chose au sérieux. Mais si votre amertume est tout à fait compréhensible, elle ne vous sert pas à grand chose. Au lieu de cela, vous pourriez passer au peigne fin les critiques sévères et en tirer des leçons précieuses.

Culture d'entreprise : tirez des leçons des avis négatifs publiés en ligne

« À l'instar d'une équipe de football qui regarde la vidéo du match, nous consultons les sites de notation tels que Glassdoor pour faire évoluer notre département RH : c'est-à-dire que nous passons en revue ce qui fonctionne, ce qui suscite des réactions et ce qui laisse indifférent » explique Katie Burke, directrice des RH chez HubSpot.

« Les informations recueillies sur Glassdoor, Facebook et d'autres réseaux sociaux représentent un feedback précieux concernant les choses que nous pouvons améliorer, et les initiatives qui fonctionnent vraiment », ajoute-t-elle. « Je pense que les entreprises qui ignorent ce feedback constructif perdent une occasion de s'interroger, de réagir et de s'améliorer ».

Alors prenez un bloc-notes et essayez d'identifier les tendances ou les thèmes récurrents qui ressortent de ces critiques. Cela vous aidera à cibler les aspects de votre culture qui ont le plus besoin d'être améliorés et perfectionnés, ainsi que ceux qui sont peut-être mal compris.

2. Donnez la priorité à la culture

Une culture d'entreprise ne se crée pas par magie, juste parce que vous y pensez ou que vous en parlez. Vous devez agir. Tous les responsables d'équipe de votre entreprise doivent lui accorder la première attention.

Malheureusement, il va falloir convaincre les troupes.

« Une des erreurs que les gens font constamment est d'essayer de convaincre les équipes de cadres de développer la culture d'entreprise, sous prétexte que c'est amusant », explique Burke dans un article pour le blog de Zenefits. « Vous devez élaborer un business case pour développer la culture d'entreprise. Expliquer pourquoi elle est importante pour l'entreprise et montrer en quoi elle est liée aux objectifs principaux de celle-ci ».

Les données statistiques sont là pour confirmer l'impact de la culture d'entreprise sur le recrutement, la rétention et l'engagement des employés. Vous n'aurez donc aucune difficulté à trouver les preuves nécessaires.

Par ailleurs, les responsables d'équipe doivent se rendre compte qu'avec la culture il n'y a jamais de fin. « La culture d'entreprise est un voyage, pas une destination finale », explique Petrozelli. « Il s'agit d'un organisme vivant évoluant au fur et à mesure que les entreprises innovent, s'adaptent et se développent. Elle ne se crée pas en mettant des employés dans une salle avec un fût de bière où ils pourraient participer à des tournois de ping pong ».

La culture d'entreprise va devenir de plus en plus importante à l'avenir. Découvrez pourquoi, dans cette conférence TED de Rainer Strack :

3. Fixez des objectifs réels

Il peut s'avérer difficile de mesurer la culture d'entreprise. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne vous reste plus qu'à croiser les doigts et à espérer aveuglément que les efforts accomplis pour développer la culture d'entreprise portent leurs fruits.

Au lieu de cela, Burke recommande que vous fixiez des objectifs mesurables que vous pouvez atteindre. Par exemple augmenter le taux de rétention d'un pourcentage déterminé. Ou bien dépasser un nombre établi de candidats pour un poste à pourvoir. Ou encore atteindre un taux de participation record à un évènement de team building.

« Documentez tous ces objectifs, puis organisez les activités liées au développement de la culture d'entreprise de façon à les atteindre », poursuit le même article de Zenefits.

Si vous effectuez un suivi de ces objectifs, vous serez en mesure de déterminer si le travail que vous fournissez est vraiment fructueux ou si vous avez besoin de changer de stratégie ou d'axe.

4. Recueillez un feedback

La transparence est un élément clé d'une culture d'entreprise positive. Et si Glassdoor et Facebook sont les seuls plateformes disponibles pour que les employés puissent poster des avis au sujet de la culture de leur entreprise, alors il y a un problème.

« Alors que les entreprises commencent à prendre conscience de la demande croissante d'intégration, fournir un feedback constant et transparent est devenu une nécessité », confie Petrozelli.

Si vous pouvez recueillir un feedback sur un grand nombre d'aspects liés à votre entreprise, savoir ce que pensent les employés de votre culture d'entreprise en particulier, vous aidera à mieux comprendre ce qui doit être amélioré ou perfectionné.

Utiliser les sondages pour recueillir le feedback des employés - Promouvoir une culture d'entreprise positive

Beaucoup d'entreprises ont recours aux sondages pour mettre en évidence des problèmes et recueillir un feedback portant précisément sur la culture d'entreprise et la satisfaction générale au travail. Amazon a, par exemple, mis en place les fameux sondages quotidiens sur la satisfaction au travail pour ses employés.

Une telle fréquence n'est pas nécessaire, mais vous pouvez faire comme Hubspot qui en mène un tous les trimestres. Quoi qu'il en soit, la mise en place de sondages portant spécifiquement sur la culture d'entreprise peut vous aider à saisir de façon plus réaliste ce que pensent vos collaborateurs de votre culture et à procéder aux ajustements spécifiques nécessaires.

5. Concentrez-vous sur ce qui importe

On confond souvent la culture d'entreprise avec les avantages. Ce sont deux choses différentes. Les avantages sont un complément intéressant à votre culture d'entreprise mais ils ne font pas tout. Ils sont en quelque sorte la cerise sur le gâteau.

Quelles sont donc les choses qui importent vraiment en matière de culture d'entreprise ? Les préférences varient selon les employés, mais voici quelques considérations les plus importantes aux yeux de vos collaborateurs :

  • Développement professionnel et possibilité d'évoluer
  • Récompenses et reconnaissance pour un travail bien fait
  • Très haut niveau de transparence et feedback
  • Sentiment d'un but à atteindre et de contribuer à l'image globale
  • Soutien et encouragement de la direction

Soigner ces éléments importants vous mènera beaucoup plus loin que d'aménager un café convivial dans vos bureaux.

Mais au fait... est-ce qu'il faut répondre aux avis négatifs ?

Tous les conseils ci-dessus peuvent vous aider à construire une culture plus dynamique au sein de votre entreprise. Mais il reste toujours une question sans réponse : que faire des commentaires négatifs qui circulent déjà sur vos profils Glassdoor et Facebook ? Vous les ignorez ? Vous y répondez ?

Culture d'entreprise - faut-il réagir aux avis négatifs sur Glassdoor et Facebook ?

Pour tout vous dire : ça dépend.

Parfois, cela peut être utile pour aborder le problème mentionné dans le commentaire, à condition que vous restiez courtois, professionnel et maître de vous-même. Réagir à des critiques sur votre société (oui, même les plus cinglantes) montre que vous vous investissez activement pour soigner votre marque employeur et votre réputation.

Pour aller un peu plus loin, joignez le geste à la parole en considérant sérieusement tout élément de feedback, qu'il soit positif ou négatif.

Et si la critique est complètement infondée, ou qu'elle a toutes les chances de dégénérer en une situation émotionnelle ? Il vaut mieux garder le silence. « Livrer une bataille en ligne n'est pas la solution », avertit Silletto.

À vous de jouer

Les avis négatifs sur les sites de notation suffisent à vous faire sortir de vos gonds. Mais avant de vous mettre à rédiger une réponse désobligeante, vous devez traiter le problème à la racine : votre culture d'entreprise.

Vous devez créer votre marque employeur de façon active avant que les réseaux ne s'en occupent.

En accordant une priorité à votre culture d'entreprise, vous serez en mesure d'apporter des changements importants, ce qui rendra vos employés plus heureux, améliorera la rétention et vous permettra de recruter de manière plus satisfaisante. Ces efforts plus subtils seront beaucoup plus productifs qu'un commentaire désagréable en réaction à une critique infondée.

« Peindre une voiture bonne pour la casse la fera briller, mais elle sera toujours bonne pour la casse », conclut Silletto.

Commentaires 0