Comment gérer un collaborateur anxieux au travail ?

Le stress est courant sur le lieu de travail. Pour ceux qui connaissent des problèmes d'anxiété, respecter les délais, apprendre à utiliser de nouveaux outils, gérer les conflits et gravir les échelons hiérarchiques induisent un combat permanent.

Vous pensez que personne ne souffre de troubles d'anxiété au sein de votre équipe ? Détrompez-vous. Les troubles liés à l'anxiété sont la maladie mentale la plus fréquente aux États-Unis, touchant 40 million d'Américains de plus de 18 ans.

Source : https://www.nimh.nih.gov



La gravité des troubles peut également varier. Parmi les personnes atteintes d'anxiété, 28 % souffrent de graves troubles. Les personnes présentant de graves problèmes d'anxiété ont parfois du mal à accomplir les tâches les plus simples ; comme aller faire les courses ou sortir du lit le matin. Avec près de 130 millions de personnes employées à plein temps aux États-Unis, il y a de fortes chances que vous travailliez avec quelqu'un qui souffre d'anxiété à un moment donné. Que vous soyez conscient ou non que quelqu'un est sujet à l'anxiété dans votre équipe, il est de votre devoir de faire de votre mieux pour comprendre la maladie et ainsi contribuer à créer un environnement favorisant la communication, la collaboration et la confiance.

1. Informez-vous

Si vous connaissez des personnes dans votre équipe qui souffrent d'anxiété, prenez 10 minutes de votre temps pour vous informer à ce sujet. Quels symptômes reconnaissez-vous ? Quel est le degré de gravité du trouble ? Observez-vous des situations spécifiques qui les mettent mal à l'aise ? Observer votre équipe et comprendre que chacun des membres vit les choses différemment vous aidera à connaître leurs limites et à développer leurs points forts, pendant qu'ils travaillent sur leurs points faibles.

2. Éliminez la stigmatisation

C'est dans la nature humaine d'avoir peur de l'inconnu. Vous avez plus de chance d'entendre parler des problèmes cardiaques d'un collègue de travail que de sa maladie mentale. Même si nous en apprenons chaque jour davantage sur l'anxiété, du fait de la honte et la gêne qui y sont associés, de plus en plus de gens ont du mal à la considérer comme un problème réel. Cette mentalité n'est pas productive dans un environnement de travail. Sans trop bousculer les gens, expliquez-leur que vous souhaitez mettre en place un environnement favorisant la communication ouverte et la bienveillance. Laissez place aux discussions personnelles et tenez des réunions individuelles régulièrement pour que vos collègues aient des occasions de se retrouver.

3. Soyez attentionné

Tenez toujours compte du trouble mental – qu'il s'agisse de déléguer des tâches ou d'organiser un team building. Votre but est de les mettre à l'épreuve, pas dans une situation qui les rendrait mal à l'aise ou qui renforcerait leur anxiété. Par exemple, si les rapports sociaux créent beaucoup d'anxiété chez un de vos collaborateurs, il est probablement plus sage de trouver quelqu'un d'autre pour animer de grandes réunions ou pour se réunir avec des clients importants. Dialoguez ouvertement et parlez de leurs objectifs et de leurs limites. Quelque chose qu'ils auraient à cœur d'accomplir avant la fin du trimestre ? Quels sont les compétences qu'ils cherchent à renforcer ? Faites-en une priorité dans votre planification stratégique, notamment au moment de planifier les objectifs et résultats clés (OKR).

4. Soyez encourageant

Je ne vous invite pas à modifier la totalité de votre processus de travail et d'adapter les tâches en fonction de l'anxiété de quelqu'un. Les personnes souffrant d'anxiété sont incités à tester leurs limites et à continuer à vivre et à participer à des activités qui pourraient leur provoquer de l'anxiété. Vous devriez être cette personne qui les encourage à atteindre ces jalons et à apprendre à avoir confiance en leur travail. Favoriser la transparence et l'ouverture est fondamental, de sorte que lorsque quelque chose les tracasse vraiment ou que leur anxiété s'intensifie, ils n'hésitent pas à faire appel à vous.

Gérer l'anxiété au sein de l'équipe

Il y a une grande différence entre présenter des symptômes d'anxiété et être diagnostiqué de troubles d'anxiété. À l'approche d'échéances, d'objectifs trimestriels et d'objectifs de carrière, la plupart des employés (pour ne pas dire la totalité) connaissent des périodes d'anxiété à un moment ou un autre. Cependant, ceux qui les vivent quotidiennement, en effectuant les tâches les plus simples, ne peuvent s'épanouir que dans un environnement bienveillant, non critique, attentionné et encourageant et cela, dans toute l'équipe. En tant que responsable, c'est à vous de créer ce climat en vue de développer une relation ouverte et honnête favorisant la croissance et la réussite, indépendamment de la maladie.

Vous semble-t-il que votre équipe est en conflit ? Voici un guide pour gérer une équipe de personnes aux personnalités opposées.

Commentaires 0

Oups ! Ce contenu n'est accessible que si vous acceptez les cookies.

En savoir plus.