Ivan Pugin, Author at Blog Wrike
Veuillez saisir votre adresse e-mail
Server error. We're really sorry. Wait a few minutes and try again.
Veuillez saisir votre adresse e-mail
Server error. We're really sorry. Wait a few minutes and try again.
Connexion Contact ventes
Ivan Pugin

Ivan Pugin

5 stratégies pour rendre les employés heureux
Leadership 10 min. de lecture

5 stratégies pour rendre les employés heureux

Vous mettez un point d'honneur à faire en sorte que vos employés soient toujours contents, ou du moins c'est votre impression. Vous offrez de nombreux congés payés et vous contribuez au maintien d'un équilibre satisfaisant entre vie professionnelle et vie privée. Vous encouragez les membres de votre équipe à exprimer leurs opinions et à partager leurs idées. Vous approvisionnez même généreusement la cuisine du bureau. Mais êtes vous certain de faire tout ce qu'il faut ? Si vous ne disposez pas de moyens efficaces pour reconnaître et récompenser le travail des membres de votre équipe, alors oui, quelque chose d'essentiel vous échappe. La reconnaissance est indispensable si vous souhaitez rendre vos employés heureux et les engagés dans leur travail. En réalité, selon une étude menée par OfficeTeam, 66 % des employés seraient prêts à quitter leur emploi s'ils ne se sentaient pas appréciés. Une autre étude indique que les entreprises ayant mis en place des programmes de reconnaissance permettant d'améliorer l'engagement des employés affichent un taux de roulement volontaire inférieur à 31 % par rapport aux entreprises disposant de programmes de reconnaissance inefficaces. Malgré le fait que les employés seraient naturellement ravis d'être chaleureusement encouragés de temps en temps, les employeurs se montrent peu enclins à exprimer leur reconnaissance. Pas moins de 63 % des employés estiment que leurs supérieurs ne les félicitent pas assez. Le besoin de reconnaissance « Exprimer sa reconnaissance envers les efforts accomplis par les employés peut sembler évident, mais cela n'en est pas moins un facteur fondamental de la motivation », explique Brandi Britton, president régional chez OfficeTeam. « Les employés souhaitent plus qu'un salaire », ajoute Todd Horton, fondateur et PDG de KangoGift.. « Beaucoup d'entre eux aimeraient sentir qu'ils font partie de quelque chose de plus grand et que leur contribution est importante. Les employés qui se sentent appréciés travaillent mieux et sont plus engagés envers leur entreprise ». Une étude affirme même que la reconnaissance serait plus importante aux yeux des employés que leur salaire ou les cadeaux qu'ils reçoivent. Et si l'on jette un coup d’œil à la Hiérarchie des besoins de Maslow la reconnaissance figure en haut de la pyramide avec la réussite, la confiance en soi et le respect.     En clair, la reconnaissance est importante pour chacun d'entre nous. Après tout, personne ne souhaite se plier en quatre pour une entreprise qui ne valorise pas ses efforts. Si vous manifestez clairement votre reconnaissance envers vos employés ces derniers se sentent appréciés et vous favorisez par ailleurs la rétention dans l'entreprise. « L'économie ne cesse de se développer, les travailleurs ont davantage de possibilités d'emploi et sont plus à même de quitter leur employeur pour saisir de nouvelles opportunités s'ils ne se sentent pas valorisés », confie Britton. « La rétention est une préoccupation majeure des entreprises aujourd'hui ». Les obstacles à la reconnaissance Et pourtant, malgré les nombreux avantages que représente le fait de reconnaître et de récompenser les employés, de nombreux employeurs ne saisissent encore pas cette opportunité. “« 80 % des gens surestiment leurs compétences en matière de leadership », affirme Horton. « Cela veut dire qu'ils pensent faire leur job en exprimant quelques commentaires positifs. Mais cela ne suffit pas pour les employés ». L'étude menée par OfficeTeam révèle que 89 % des cadres supérieurs pensent que leur entreprise dispose d'un système de reconnaissance efficace. Pourtant, 30 % des employés attribuent à leurs entreprises des notes faibles lorsqu'ils évaluent leur façon de féliciter. Il existe des difficultés logistiques, comme le manque de moyens ou de temps, qui peuvent compliquer la manifestation régulière de marques de reconnaissance. « Beaucoup de dirigeants s'obstinent à ne pas consacrer le temps et l'énergie nécessaires pour témoigner leur reconnaissance à leurs employés », affirme Nick Sanchez, directeur des ressources humaines chez Namely. De plus, ils ne comprennent pas la valeur de cette pratique. « L'obstacle le plus difficile à surmonter est de ne pas considérer la reconnaissance comme un investissement », précise Stephen Friedman, professeur d'études sur les organisations de la Schulich School of Business de l'Université de York à Toronto. « On le perçoit plutôt comme un coût. Cela demande du temps et de l'énergie et parfois, parce que l'on est trop occupé, stressé ou étroit d'esprit, on ne soupèse pas les avantages que l'on peut en tirer ». Comment valoriser les membres de votre équipe ? 1. Faite-le fréquemment Si vous pensez que manifester votre reconnaissance à vos employés lors du bilan annuel est suffisant, vous n'y êtes pas du tout. Si l'objectif que vous vous êtes fixé est important, saluer le parcours l'est tout autant. Cela veut dire que vous devez exprimer votre reconnaissance fréquemment, notamment lorsqu'un projet est en cours, et pas seulement à l'issue de celui-ci. Un autre point mérite réflexion : le bon timing. « Le choix du moment est essentiel », souligne le Dr Joshua Klapow, chercheur behavioriste chez ChipRewards Inc. « Un compliment adressé trop tard a peu d'effet. Il est préférable d'attendre le moins possible pour féliciter quelqu'un qui a fait preuve d'un comportement exemplaire ». ASTUCE donner une touche ludique à votre manière de féliciter les employés peut devenir une caractéristique de votre culture d'entreprise. Que vous encouragiez les membres de l'équipe à faire sonner le gong du bureau lorsqu'ils ont réussi un exploit (une tactique particulièrement appréciée par les équipes de vente) ou que vous incitiez les gens à envoyer les GIF les plus drôles lorsque vous adressez des remerciements sur le chat de votre entreprise, trouvez des manières originales de reconnaître les réussites de vos employés. Ce genre de reconnaissance par les pairs peut être extrêmement efficace (elle offre 35,7 % de chances supplémentaires d'avoir une répercussion positive sur les résultats financiers par rapport à la reconnaissance du seul manager !) et vous vous sentirez libéré de ce fardeau. 2. Soyez concret lorsque vous faites un compliment Réfléchissez à ceci : le compliment est une forme de feedback ; et le meilleur feedback est appliqué : une étude menée sur des élèves de sixième insiste sur ce point. Lorsque les élèves recevaient des feedbacks spécifiques sous forme de commentaires écrits, il a été observé qu'ils obtenaient de meilleurs résultats que lorsqu'ils recevaient des scores numériques non spécifiques. Vos employés ne sont pas des collégiens, mais ce constat reste pertinent. Un compliment général du genre « Vous faites un excellent travail ! » que vous adressez à tous vos employés n'est pas aussi efficace et n'a pas autant d'impact que vous le pensez. « Des compliments génériques pour tout type de travail bien fait ne feront pas de mal, mais n'auront pas d'influence sur le comportement », précise Klapow. « Faites en sorte qu'un compliment soit adressé pour un comportement, ou un ensemble de comportements concret(s) pour que cela soit clairement reçu ». Par ailleurs, si vous pensez à donner un feedback sur des actions et des accomplissements spécifiques, vous le ferez naturellement de manière plus fréquente.     3. Faites preuve de compréhension envers vos employés Chacun de vos employés a des points forts, des styles de communication, des besoins et des préférences différents. Il est donc important de bien garder à l'esprit qu'ils ne seront peut-être pas sensibles aux mêmes types de reconnaissance. « Les remerciements en public ne font pas toujours l'unanimité par exemple, il est donc important de respecter la personnalité de chacun », explique Sanchez. Vous pouvez également mettre en place différents types de reconnaissance pour plusieurs réussites. « Les initiatives immédiates permettent de célébrer les petites victoires tandis que les initiatives à long terme célèbrent un parcours long de plusieurs années », souligne Horton. « En réfléchissant à différents types de reconnaissance, le manager s'assure que la méthode choisie est en résonance avec les employés ». Cela permet également de s'assurer que le type de reconnaissance est adapté au niveau des actes concernés. « Si votre reconnaissance n'est pas à la hauteur des accomplissements de l'employé, cela peut être perçu comme un affront », ajoute Britton. ASTUCE Sanchez recommande l'envoi de sondages aux employés. « Si vous gérez de nombreux collaborateurs en direct, les sondages peuvent s'avérer d'une grande utilité pour connaître les canaux de feedback privilégiés par ceux-ci ». Quelques questions courtes suffisent à vous orienter sur la meilleure manière de complimenter vos employés, sans les mettre dans une situation inconfortable ou difficile. 4. Mettez-y du cœur « Une étude menée par Harvard sur une durée de 75 ans révèle que le bonheur tient avant tout aux relations avec les autres », confie Horton. « Les dirigeants qui mettent en place des systèmes de reconnaissance tissent des liens avec leur collègues, renforcent la confiance et rendent le lieu de travail plus agréable ». « L'impact d'un compliment est décuplé avec le contact direct », confie Klapow, « Une lettre type a beaucoup moins d'effet qu'une lettre écrite à la main. Un compliment personnel, verbal, est beaucoup plus efficace qu'un e-mail. Un compliment authentique est ce qu'il y a de plus puissant. » Une reconnaissance personnelle témoigne aussi que vous ne tombez pas dans l'automatisme. « Si votre message de reconnaissance est trop stéréotypé, tel un e-mail qui s'emploie pour n'importe quel comportement positif, le compliment perd alors tout son sens, qui est de renforcer l'estime de soi », ajoute Klapow. Vous pensez que vous n'avez pas assez de temps pour mener à bien cette tâche ? Si le PDG de Belfor est capable d'envoyer des cartes d'anniversaire à chacun de ses 7 000 employés, vous devriez pouvoir trouver le temps de reconnaître les réussites de chacun des membres de votre équipe lorsqu'ils le méritent. Vous voulez en savoir plus sur la valeur de la reconnaissance personnelle ? Regardez la conférence TEDx d'Arnold Blits expliquant pourquoi cette question revêt une si grande importance :     5. Élaborez un plan Si la reconnaissance doit être l'une de vos priorités en tant que dirigeant, il est indéniable que sa mise en place comporte des difficultés. « Les compliments personnels, individuels, en public, qui sont adressés directement peuvent être extrêmement efficaces, mais ne sont pas viables. Les dirigeants ne peuvent pas passer leur temps à encourager les comportements positifs directement ou il serait impossible de mener à bien les activités dans l'entreprise », affirme Klapow. C'est pourquoi il convient de mettre en place des systèmes de reconnaissance. « La reconnaissance doit avoir lieu à tous les niveaux de l'organisation, notamment au niveau de la direction. Cela est bénéfique en deux points : premièrement la reconnaissance est ainsi plus flexible. Et deuxièmement cela montre aux employés que les dirigeants à tous les niveaux attachent de l'importance au comportement », affirme Klapow. Placer la reconnaissance au cœur de votre culture d'entreprise et de votre approche de leadership rendra le processus de reconnaissance plus prévisible, assurant ainsi sa mise en œuvre. ASTUCE vous souhaitez connaître une manière simple de commencer ? Pensez à démarrer les réunions d'équipe en consacrant quelques minutes à la reconnaissance. Ces réunions ayant lieu régulièrement, vous disposerez d'un moment dédié pour saluer les efforts et les réussites des membres de l'équipe. « Si vous vous réunissez une fois par semaine ou tous les jours, faites en sorte que ce soit la première chose à aborder », explique George Rathman, PDG de The Alternative Board Atlanta Central et Rathman Consulting and Coaching Inc. « C'est surprenant de voir comment deux à trois minutes consacrées à la reconnaissance lors d'une réunion quotidienne de 10 minutes peut contribuer à améliorer l'engagement et la productivité ». Conclusion Bien que les dirigeants savent pertinemment que les employés sont en quête de reconnaissance, beaucoup ne sont pas en mesure de féliciter les réussites de leurs collaborateurs. Lorsque vous êtes débordé, il peut s'avérer difficile de trouver du temps pour remercier les employés au moment où ils le méritent. Cependant, si vous voulez baisser le taux de rotation et augmenter l'engagement des employé, vous n'avez pas d'autres choix que de considérer la reconnaissance comme une priorité. Pour récapituler, une reconnaissance efficace des employés est : appliquée de façon récurrente, liée à des comportements spécifiques, délivrée de façon personnalisée. Faire preuve de compréhension envers vos employés et mettre en place des systèmes de reconnaissance prévisibles vous aidera à être méthodique et à adresser des compliments qui permettent aux membres de l'équipe de se sentir appréciés, ce qui de ce fait les rendra heureux.   Bio de l’auteur : Kat Boogaard (@kat_boogaard) est une auteure basée dans le Midwest, qui aborde des sujets en lien avec la carrière, le développement personnel et la vie de travailleur indépendant. Elle est chroniqueuse pour Inc., écrit pour The Muse, contribue à The Everygirl ainsi qu’à de nombreuses publications sur le Web.

Intégration de Outlook Actionable Messages à Wrike
Actualités Wrike 5 min. de lecture

Intégration de Outlook Actionable Messages à Wrike

Avec plus de 100 millions d'utilisateurs commercialement actifs par mois, nous savons que tout comme Wrike, Microsoft Office 365 est une solution globale permettant aux entreprises de travailler plus rapidement. Avec le lancement de Microsoft Teams le mois dernier, Microsoft a doté Office 365 d'un espace de travail basé sur une messagerie instantanée, permettant aux entreprises de connecter plus facilement les conversations aux tâches. Avec le lancement récent de Teams integration dans Wrike, nous permettons aux entreprises d'intégrer la totalité de la gestion de projets et de tâches dans Teams de la même façon que dans Wrike. Intégration de Outlook Actionable Messages à Wrike Nous sommes très heureux d'annoncer que nous avons fait un pas de plus pour mieux permettre aux entreprises de travailler avec les projets et les tâches Wrike sans avoir à quitter Office 365, grâce à Outlook Actionable Messages. Officiellement annoncé lors du Microsoft Build 2017, Actionable Messages permet aux utilisateurs d'effectuer des actions sur des applications externes, depuis leur messagerie Outlook. En intégrant Actionable Messages aux notifications par mail de Wrike, nous vous offrons la possibilité de collaborer activement avec les membres de votre équipe et de mettre à jour les contenus de tâches dans Wrike, sans avoir à quitter Outlook. Cela vous permet de rester concentré sur le travail que vous devez accomplir. Avec Outlook Actionable Messages, vous pouvez maintenant modifier les dates de livraison, mettre à jour les statuts des tâches, et ajouter des commentaires aux tâches directement dans les notifications par e-mail. Ces actions sont immédiatement prises en compte dans Wrike.   Encore plus de façons de travailler dans Wrike tout en restant dans Outlook Nous ne nous sommes pas arrêtés là. Pour donner encore plus de moyens d'action aux équipes qui utilisent Office 365 et Outlook, nous avons lancé un connecteur Office 365. De plus, nous présenterons une nouvelle version de notre complément pour Outlook plus tard cette année. Fonctionnant aussi bien avec Microsoft Teams qu'avec Office 365 Groups dans Outlook, le connecteur permet aux équipes de maîtriser leurs tâches à l'aide de notifications au sujet d'événements (comme les nouvelles tâches ou les changements de statuts et de dates) directement dans les chats Groups de Outlook. Notification Wrike envoyée via notre connecteur vers une discussion Office 365 Groups dans Outlook. Grâce à la dernière version de notre complément pour Outlook, vous pourrez rapidement créer de nouvelles tâches Wrike basées sur des e-mails Outlook. Ceci afin de vous assurer que le travail issu d'e-mails est intégré à votre flux de travail aussi rapidement que possible. En retournant ensuite sur ces e-mails, vous pouvez visualiser le détail des tâches dans un panneau Outlook. Tout comme dans Microsoft Teams, les tâches qui s'affichent dans Outlook à travers le complément reprennent la même présentation que dans Wrike. Vous aurez la possibilité de faire des modifications telles que : ajouter ou modifier les attributions, ajouter des commentaires et accéder aux commentaires des autres utilisateurs en temps réel, mettre à jour les descriptions des tâches (notamment l'éditeur direct, qui vous permet de voir ce que votre équipe rédige en temps réel), voir les modifications faites par d'autres utilisateurs sur ces tâches dans Wrike, et bien plus encore. Tâche Wrike créée à partir d'un e-mail à l'aide de notre complément Outlook, pouvant être modifiée grâce à un panneau jouxtant cet e-mail. Permettre la gestion du travail collaboratif à travers Office 365 Avec Wrike, les entreprises peuvent aisément gérer le travail de plusieurs projets et de plusieurs équipes, optimiser la visibilité en temps réel sur le travail en cours, conserver les renseignements sur chaque action, conserver les livrables et les conversations en un seul et même endroit. Ceci permettant aux équipes d'exploiter leur potentiel au maximum et d'accomplir davantage. En intégrant Office 365 et d'autres produits Microsoft, Wrike permet aux entreprises d'être plus productives, tout en travaillant dans les outils essentiels à leurs activités. À ces nouvelles intégrations d'Outlook s'ajoutent d'autres intégrations à Wrike telles que : Microsoft Teams Single Sign-On (SSO) pour Office 365 Microsoft OneDrive Compléments Office & Office 365 Microsoft Project Office Timeline

Le guide des règles du brainstorming pour les manager
Collaboration 10 min. de lecture

Le guide des règles du brainstorming pour les manager

La définition de brainstorming Brainstorming. Il s'agit d'une pratique nécessaire, inculquée dès l'enfance pour générer de nouvelles idées. « C'est le moment du brainstorming pour notre exposé scientifique. » « On va faire un brainstorming pour analyser pourquoi Elizabeth ne supporte pas M. Darcy. » . Le brainstorming a été usé jusqu'à la corde. Les managers en ont même oublié pourquoi on y avait recours au départ. La plupart des managers pensent que ce n'est que la première étape pour générer la prochaine grande idée. Et si cette grande idée ne venait pas ? Ils auraient recours au deuxième meilleur concept et passeraient à autre chose.    . Avec des délais qui approchent rapidement et des ressources limitées, il est important que les quelques heures que vous avez consacrées au brainstorming vous apportent quelque chose de positif.   . Nous ne vous demandons pas d'emmener votre équipe dehors pour lui faire chanter « kumbaya » et d'atteindre cet état euphorique libérant la vague de créativité. Nous voulons juste vous donner quelques conseils sur ce que vous devriez faire (et ce que vous ne devez pas faire, mais que vous faites probablement).   L'origine du brainstorming L'idée du brainstorming est née quand Alex Osborn, directeur de publicité, se sentit frustré par le manque de créativité de ses employés. Il a publié en 1953 un livre intitulé Applied Imagination, défendant le principe selon lequel le brainstorming en groupe est nettement plus efficace que la recherche d'idées de façon indépendante.    . Il a développé une théorie selon laquelle pour avoir une séance de brainstorming efficace, le groupe doit : Reporter tout jugement : ne pas critiquer les mauvaises idées. Tabler sur la quantité : mettre l'accent sur la quantité d'idées plutôt que sur la qualité.   . Selon Osborn il s'agit des principes fondamentaux pour entamer une séance de brainstorming productive et réussie. Mais la difficulté se pose lorsque vous tentez de mettre en œuvre ces principes de façon uniforme. . Repassons la liste des choses à faire et à ne pas faire lors d'un brainstorming et certaines techniques pour lutter contre les mauvaises habitudes, afin de vous assurer que votre prochaine séance de brainstorming sera réussie et efficace :   Les règles du brainstorming   RÈGLE N°1 À ne pas faire : impliquer immédiatement tout le monde dans le brainstorming À faire : Donnez aux gens le temps de réfléchir   . Souvent, la première étape du brainstorming est de réunir l'équipe dans une pièce et commencer à réfléchir. Cependant, il est important de mettre le hola au brainstorming de groupe tout de suite.   . Dans le livre 59 Seconds: Think a Little, Change a Lot, Richard Wiseman révèle pourquoi le brainstorming dans un groupe n'est pas toujours le meilleur moyen de trouver des idées.    . « Plus de 50 ans de recherche ont montré que les décisions prises en groupe sont souvent irrationnelles... et les interprétations de la réalité sont souvent biaisées... », affirme-t-il. « Les personnes déterminées qui dominent les discussions de groupe peuvent faire pression sur les autres pour qu'ils se conforment et s'auto-censurent et ainsi créer l'illusion de l'unanimité. Les gens font preuve de plus de créativité lorsqu'ils s'éloignent de la foule. »   . Au lieu de cela, faites en sorte que les participants viennent avec leurs idées avant une séance de brainstorming. Donnez-leur le temps de réfléchir et de noter leurs idées avant de les partager avec le groupe. Cela permet aux idées de circuler librement sans influence, intimidation ou consensus involontaire.     RÈGLE N°2 À ne pas faire: Mettre des limites à la séance de brainstorming À faire : Laisser les gens s'exprimer librement sans contrainte   . Vous êtes peut-être en train de penser « N'est-ce pas contradictoire de publier un article sur les règles du brainstorming, puis de suggérer qu'il ne devrait pas y avoir de règles de brainstorming ? » En fait, si vous ne savez pas comment tirer parti de votre séance de brainstorming, vous posez déjà probablement sans le savoir des limites à celle-ci.    . S'efforcer de garder la séance ouverte sans porter de jugement ou d'étiquette avec des affirmations du genre, « C'est une mauvaise idée » est la seule règle que vous devriez suivre. Les autres règles peuvent constituer des limites à la créativité et peuvent empêcher votre équipe d'explorer toutes les options possibles.   . Nous ne disons pas qu'il est nécessaire d'organiser une séance de brainstorming sur une journée complète. Bloquez juste une heure de votre agenda. Si les idées fusent, allez au bout de la séance. S'il y a des signes de fatigue dès le début, interrompez la réunion et reprogrammez-la.   RÈGLE N°3 À ne pas faire : Rejeter des idées sur le coup À faire : S'assurer que tout le monde partage au moins une idée   . Il est facile de rejeter des idées qui semblent complètement farfelues ou totalement irréalisables. Cependant, ce n'est pas l'idéal pour le brainstorming.   . Certaines personnes ont tendance à se laisser dominer par leurs inhibitions sociales lorsqu'on leur demande de partager leurs idées. La clé du brainstorming est donc d'écouter tout le monde, même si cela signifie écouter les idées les plus extravagantes possibles (car parfois ce sont les meilleures).   . Pour éviter ce jugement, le meilleur moyen est de faire en sorte que tout le monde partage ses idées avant de commencer à donner son avis sur celles-ci. C'est ce que l'on appelle le Round Robin Brainstorming, qui permet de faire taire les participants ayant tendance à dominer la conversation et de donner la parole aux plus discrets.    . Aaron Levie, directeur général et co-fondateur de Box l'a parfaitement bien exprimé :     People's reaction to ideas: Bad ideas: "That'll never work" Good ideas: "That could work" Great ideas: "That'll never work" — Aaron Levie (@levie) September 14, 2013   RÈGLE N°4 À ne pas faire : Se concentrer sur la qualité des idées À faire : Tabler sur la quantité d'idées   . Dans la plupart des cas, la qualité est plus importante que la quantité. Lorsqu'on écrit un article, il vaut mieux mettre l'accent sur la qualité de celui-ci plutôt que sur sa longueur. Ce n'est pas le cas pour le brainstorming de groupe.   . Lorsque l'on cherche des solutions, il est important de produire un maximum d'idées le plus vite possible. Il n'y a pas de mauvaise idée.    . Il s'agit de la technique de l'idéation rapide. Son but est de générer des idées rapidement pour ne pas laisser de temps au jugement ou à la réflexion après coup. Cela permet à votre équipe d'explorer tous les domaines de la créativité, sans imposer de limites aux « mauvaises idées ».     RÈGLE N°5 À ne pas faire : Annoter uniquement les bonnes idées À faire : Tout annoter   . La règle de base lors de toute réunion est de prendre des notes. C'est la même chose pour les séances de brainstorming. Cependant, il est préférable que votre équipe ne note pas uniquement les idées qui ont du sens ou qui sont réalistes. Ne vous attendez pas à trouver tout de suite l'idée brillante ; cela viendra lorsque vous sélectionnerez les idées pour ne garder que les meilleures.    . Désignez quelqu'un de votre équipe pour noter toutes les idées sur un bloc-notes ou un outil de gestion du travail consolidé tel que Wrike. Cela permet à tout le monde de voir les notes prises en temps réel et offre la possibilité aux autres d'ajouter quelque chose qui aurait été omis.   . Disposer d'un emplacement dédié aux notes du brainstorming permet également de les retrouver facilement et de les modifier ultérieurement, car qu'elles ont été partagées avec l'ensemble de l'équipe.   RÈGLE N°6 À ne pas faire : Limiter la génération d'idées à une seule séance de brainstorming À faire : Permettre aux gens d'ajouter des idées dans un deuxième temps    . Une fois la séance de brainstorming terminée, il est important de continuer à susciter la créativité. Et si une idée en faisait jaillir une autre ? Assurez-vous que chacun prenne 10-20 minutes après la réunion, ou plus tard dans la semaine, pour consacrer du temps à leurs propres idées qui pourraient alimenter celles partagées lors de la réunion.    . Limitez la durée de cette tâche. Convenez d'un délai pour le projet afin que votre équipe puisse évaluer le temps qu'elle peut consacrer au brainstorming et savoir quand s'y mettre.        .    .      Impliquer votre équipe dans le processus de brainstorming n'est pas uniquement bénéfique pour le projet lui-même, cela permet également à votre équipe de se faire entendre et d'intervenir dans la réalisation d'un projet dès le début. Préparer vos séances de brainstorming en prenant en compte ces conseils et techniques au lieu de se lancer dans un brainstorming ad hoc favorisera l'efficacité et la productivité des séances. Cela rendra par ailleurs la tâche plus ludique et imaginative.     Autres ressources de brainstorming 4 Conseils pour un brainstorming réussi - Vous cherchez des règles de base supplémentaires sur le brainstorming ? Découvrez quelques-uns de ces conseils utiles. Pourquoi le brainstorming fonctionne mieux en ligne - Si vous manquez de temps pour une réunion en personne, il peut être judicieux de vous réunir en ligne. Augmentez votre créativité en utilisant le modèle B.U.I.L.D. (Infographie) - Il ne s'agit pas seulement de suivre les règles pour réussir une séance de brainstorming. Découvrez ces quelques conseils pour augmenter votre créativité.

Rétention du personnel : le coût réel de la perte de vos meilleurs talents
Leadership 10 min. de lecture

Rétention du personnel : le coût réel de la perte de vos meilleurs talents

Comment repérez-vous un bon manager ? Il s'agit d'une personne qui favorise une culture de productivité et d'excellence, quelqu'un avec qui on a plaisir à travailler et qui tisse avec ses collègues des relations amicales. Quelqu'un qui sait motiver et mener son équipe vers le succès. Bref, il s'agit de quelqu'un qui donne aux autres l'envie d'être présent et de rester. Une faible rotation de votre équipe peut être le signe que vous êtes un bon manager. Après tout, si vous ne perdez que quelques personnes de votre équipe chaque année, c'est que vous faites bien les choses. Mais que se passe-t-il si le taux de rétention est fortement négatif ? Cela veut-il dire que vous ne parvenez pas à motiver les employés et à créer une atmosphère bienveillante ? Et si les quelques personnes qui vous quittent étaient les plus talentueuses ? La rotation des employés a déjà coûté aux entreprises américaines 160 milliards de dollars par an.  Remplacer un employé peut coûter à votre entreprise le double du salaire annuel de celui-ci; et les employés les plus performants délivrant environ 400 % de plus qu'un employé moyen en termes de production, perdre ne serait-ce que quelques-uns de ces collaborateurs clés peut avoir des conséquences financières désastreuses pour votre entreprise. Les collaborateurs les plus performants sont non seulement plus difficiles à remplacer, mais selon une étude réalisée par SAP et Oxford Economics, moins de la moitié de ces derniers se disent satisfaits de leur emploi et un sur cinq affirme qu'il démissionnera probablement dans les six mois. Source : HBR Il est temps de redéfinir les concepts d'engagement et de rétention du personnel. Analysons le véritable coût lié à la perte d'un employé, au delà des dépenses évidentes que suppose le recrutement ; nous découvrirons les véritables motifs de démission des employés très performants et à fort potentiel. Vous disposez de 13 milliards de dollars ? C'est le véritable coût de la rotation du personnel Selon le Ministère américain du travail, le nombre d'américains qui quittent leur emploi est désormais le plus élevé depuis près d'une décennie : 3,1 millions de personnes ont volontairement abandonné leur emploi en janvier 2017.  Cette rotation du personnel est coûteuse. Annonce du poste et recrutement, formation et perte de productivité : les coûts s'accumulent vite pour les organisations qui n'investissent pas activement dans leur main d'œuvre. Coût du recrutement : annoncer les postes vacants, analyser les candidatures et faire passer les entretiens ; le processus de recrutement représente une dépense considérable pour les entreprises. Couvrir un poste vacant coûte 4 000 dollars et prend 52 jours en moyenne pour les entreprises américaines, jusqu'à 13 milliards de dollars par mois.  Coût d'intégration : les entreprises dépensent en moyenne l'équivalent de six à neuf mois de salaire d'un employé pour trouver et former son remplaçant, sans compter le temps précieux que consacre l'administration et les superviseurs lors de la formation sur le terrain.  Perte de productivité : ces coûts indirects sont plus difficiles à quantifier, mais ont quand même un impact significatif sur la santé financière de l'entreprise. Les employés nouvellement embauchés ne sont tout simplement pas aussi productifs que la personne qu'ils remplacent. Arriver au même niveau peut prendre un ou deux ans. Sans parler des erreurs potentielles que peuvent commettre les employés qui ne sont pas familiers avec les processus, les outils et les politiques de votre entreprise. Désintéressement : lorsqu'un collègue s'en va, le reste des employés va inévitablement se poser des questions et peut même envisager de partir également. Cet effet « domino » peut considérablement contribuer à la démotivation des employés, engendrant une perte de productivité annuelle de près de 550 milliards de dollars pour les entreprises américaines.  Pour traduire ces chiffres en termes simples : pour un salarié qui gagne 60 000 dollars par an, votre entreprise en dépensera 45 000 pour le remplacer. Les signes qui permettent de détecter un départ imminent Tel un joueur de poker qui dévoile certains indices sur sa main, le comportement d'un membre d'une équipe peut être révélateur de son intention de partir. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs des universités des États d'Utah, de Floride, et d'Arizona décrit un ensemble de 13 comportements qui peuvent être observés lorsque les employés envisagent de démissionner. Les managers peuvent se servir de ces informations pour détecter un risque de démission et éventuellement intervenir à temps pour convaincre les employés de rester.  Ces signaux comportementaux incluent :  Une baisse de productivité  Une réticence à s'engager dans des projets à long terme Un manque d'enthousiasme envers la mission de l'entreprise  Une volonté moindre de travailler en équipe  Les signes stéréotypés, tels que le fait de porter un costume dans un bureau informel ou une augmentation subite de rendez-vous médicaux de la part d'un employé, ne permettent pas d'établir une corrélation statistique évidente avec un départ imminent de celui-ci. Les chercheurs ont également constaté que les recherches d'emploi augmentent de 6 % à l'approche de la date anniversaire du recrutement d'un employé, de 12 % lors des anniversaires et de 16% lors de réunions non liées au travail, comme les réunions d'anciens élèves, lorsque certains sont plus enclins à réévaluer l'état de leurs objectifs de vie. Compte tenu de ces chiffres, il est tentant de considérer la rotation du personnel comme une réalité de la vie. Cependant, beaucoup des raisons pour lesquelles les employés démissionnent sont étonnamment simples, même pour les meilleurs collaborateurs et les managers qui omettent de demander pourquoi leurs employés veulent s'en aller peuvent perdre inutilement des personnes qu'ils auront du mal à remplacer. Le nouveau modèle de rétention du personnel Si les salaires élevés et les programmes d'avantages sociaux attrayants font peser la balance, ce n'est plus suffisant pour retenir votre collaborateur clé.  Ces dernières années, il s'est produit un changement considérable dans la dynamique employés/employeurs : les jeunes professionnels envisagent de travailler pour de nombreuses entreprises au cours de leur carrière et recherchent un accomplissement personnel à chaque étape. Ce changement est l'expression de la nécessité d'établir un nouveau modèle de rétention du personnel qui commence avec le recrutement et passe par la création d'un environnement de travail épanouissant. Les stratégies efficaces pour la rétention du personnel commencent par le recrutement de la personne adéquate. L'un des principaux motifs de démission au cours de la première année est le manque d'adaptation au poste, donc n'en exagérez pas les mérites lors des entretiens. Soyez sincère sur les implications du poste et sur la manière dont seront mesurés les résultats. Lori Goler, Directrice du personnel de Facebook, partage avec The Wall Street Journal sa question préférée lors d'un entretien :  « Lorsque vous arrivez chez vous le soir après une journée agréable au travail et que vous pensez j'ai le meilleur travail du monde, qu'avez-vous fait ce jour là ? » Je veux être sûre que, quel que soit le travail ou poste que la personne va occuper, celui-si soit en accord avec ses attentes. C'est ainsi que l'on développe les points forts de quelqu'un dès le début ». L'adaptation au poste n'est pas la seule chose à prendre en compte lors du recrutement ; l'adéquation culturelle notamment est plus importante que jamais. Les jeunes de la génération Y représentent plus de la moitié de la main d'œuvre actuelle, et les personnes qui les entourent au quotidien leur importent autant que le travail en lui-même. Ils veulent travailler aux côtés de personnes qu'ils apprécient et avec qui la collaboration est agréable. Et s'ils ne trouvent pas cela au sein de votre entreprise, ils iront le chercher ailleurs. Alors, comment créer cette culture de la camaraderie ? Dans un article publié sur LinkedIn Pulse, Josh Bersin, fondateur de Bersin by Deloitte, conseille aux managers d'appliquer la hiérarchie des besoins de Maslow pour instaurer une culture d'entreprise riche qui réponde aux attentes des collaborateurs les plus performants. Une fois que les gens se sentent en sécurité (bien payés), ils cherchent à donner un sens à leur travail, à pouvoir mettre en pratique leurs compétences personnelles et leurs centres d'intérêts, à se sentir appréciés et à travailler pour une entreprise dont ils sont fiers. La reconnaissance et les récompenses restent des moyens puissants et utiles pour créer une culture positive. Les augmentations, les promotions et la reconnaissance publique sont donc essentielles pour maintenir l'intérêt d'un collaborateur clé. Comme l'affirment Jean Martin et Conrad Schmidt dans un article paru dans la Harvard Business Review, « Même ceux qui ne sont pas considérés comme des employés clés travaillent mieux dans un endroit où leurs collègues sont récompensés pour leurs mérites ».  Si la reconnaissance publique reste l'un des éléments clés d'une culture d'entreprise positive, les meilleurs employés ont également besoin de retours et de reconnaissance fréquents de la part de leurs responsables.  50 % des employés très performants souhaitent se réunir au moins une fois par mois avec leurs supérieurs, mais seulement 53 % obtiennent les informations qu'ils recherchent auprès de ces derniers. Les managers débordés doivent trouver du temps pour des réunions en tête-à-tête avec les meilleurs membres de leur équipe, au risque que ces derniers se sentent sous-estimés ou freinés dans leur carrière.  La formation continue est également essentielle pour une culture d'entreprise qui favorise la rétention des employés les plus performants. Elle bénéficie non seulement à votre personnel, mais aussi à votre organisation. Les collaborateurs performants et à fort potentiel représentent le futur leadership de la société, et cela doit être favorisé dès le début de leur carrière. Cependant, envoyer le personnel à des conférences, des congrès ou des programmes certifiants sur 3 jours ne suffit plus. Les employés les plus performants recherchent aujourd'hui des opportunités de formation continue, délivrée via des plateformes innovantes s'adaptant à leur agenda personnel. La formation continue doit faire partie des priorités quotidiennes et des agendas de vos meilleurs employés. Même les managers disposant d'un budget limité pour la formation peuvent encadrer de nouveaux projets et de nouvelles missions pour offrir des possibilités d'apprentissage visant à maintenir l'intérêt des collaborateurs clés. Mettre en œuvre les idées mentionnées ci-dessus ne vous garantit cependant pas la conservation de vos plus grands talents. En fin de compte, les gens ne resteront simplement pas dans une entreprise où ils se sentent bloqués.  Même en contrôlant les facteurs tels que le salaire, le poste et le secteur, une étude réalisée par Glassdoor a constaté que les employés qui restent longtemps dans une entreprise sans changer de poste ont plus de chance de quitter celle-ci afin de faire avancer leur carrière.  Pour garder vos meilleurs employés, vous devez leur offrir de solides possibilités de progression et les reconnaître en tant que futurs leaders dès le début. Une grande entreprise étudiée par Glassdor a réussi à résoudre ce problème en donnant à ses meilleurs collaborateurs un accès exclusif à des forums de discussion en ligne, gérés par la direction générale, portant sur les défis les plus urgents de la société. Les employés les plus performants partagent leurs solutions et se portent volontaires pour de nouvelles missions, ce qui non seulement favorise la transparence et l'implication mais permet également d'établir un lien direct entre l'équipe dirigeante et les étoiles montantes de l'entreprise. Solutions à la rotation du personnel Les entreprises connaissent un changement vers ce que Deloitte dénomme la « nouvelle organisation », qui se caractérise par des équipes et des collaborateurs disposant d'un grand pouvoir de décision. Afin de retenir les employés les plus performants et rester compétitif, les entreprises doivent aller au delà des stratégies de motivation traditionnelles qui passent par un salaire compétitif et des programmes d'avantages sociaux attrayants. Les managers intelligents reconnaîtront la nécessité de créer un environnement de travail stimulant, basé sur une culture de l'apprentissage, et définiront un nouveau modèle de leadership et de développement professionnel pour leurs équipes. Comme l'écrit Josh Bersin, « Les entreprises les plus performantes s'occupent de leurs salariés autant que de leurs clients. »

Centre de données UE Wrike : offrir sérénité à nos clients européens
Actualités Wrike 5 min. de lecture

Centre de données UE Wrike : offrir sérénité à nos clients européens

La confidentialité et la sécurité des données des clients sont les priorités de Wrike. Nous investissons constamment dans la sécurité de notre service et des données de nos clients. Rien que l’année dernière, nous avons beaucoup œuvré en ce sens, notamment en obtenant la certification SSAE 16 SOC 2 et en étant parmi les premiers à adopter le bouclier de protection des données UE-États-Unis. Cela nous permet d’offrir une transparence absolue sur notre gestion de la confidentialité des données et notre prise en charge des cadres actuels de transferts de données entre les États-Unis et l’Union européenne. Ces étapes permettront aux clients de continuer sans difficulté à utiliser les innovations de Wrike pour le travail collaboratif et la gestion de projet en étant certains que leurs informations professionnelles seront protégées. Hébergement dans l’UE de vos données Wrike Wrike a exaucé les souhaits de ses clients en France et dans d’autres pays européens. Ces derniers souhaitaient en effet que leurs données soient stockées dans l’UE. La société s’est donc dotée d’un nouveau centre de données à Amsterdam. Cela permet aux clients européens de Wrike de stocker et de conserver leurs informations en Europe. La confidentialité et la sécurité sont des critères majeurs dans le choix des outils de l’équipe de Porsche Autriche, l’un de nos clients. L’entreprise a choisi Wrike, car nous correspondons à ses exigences élevées. « Chez Porsche Autriche, nos besoins de gestion de projet sont aussi complexes que nos exigences de sécurité et de résidence des données sensibles sont strictes, insiste Wilfried Weitgasser, responsable du service numérique chez Porsche Autriche. Le datacenter de Wrike en Europe fait partie des principales raisons pour lesquelles nous les avons choisis comme partenaire de choix pour la collaboration dans le cloud. » Tous les clients de Wrike dans l’UE peuvent demander à ce que leurs données soient transférées vers le nouveau centre de données. Il vous suffit d’en faire la demande auprès de votre gestionnaire Wrike ou d’envoyer un e-mail à notre équipe d’assistance. Si vous découvrez Wrike, nous sommes heureux de vous offrir un essai gratuit de 14 jours ! Actuellement, bon nombre de nos intégrations sont déjà fonctionnelles, notamment l’importation depuis MS Excel et Project, le travail avec iCal, Box, Dropbox, Google Drive, Microsoft OneDrive, JIRA, Github, L’extension pour Adobe Creative Cloud et d’autres. Sachez que certaines intégrations sont encore en cours de migration vers le nouveau centre de données de Wrike en Europe. Les comptes basés dans le nouveau centre de données ne peuvent donc pas encore tirer parti de ces intégrations. Soyez certain que notre équipe travaille d’arrache-pied pour proposer ces intégrations dans un futur proche. Sachez que l’hébergement dans l’UE ne concerne que le service Wrike et ne s’applique pas nécessairement aux fournisseurs de services tiers ni aux intégrations pour votre compte. Ces fournisseurs de services tiers sont répertoriés à l’adresse go.wrike.com/subprocessor-list.html Wrike est certifié conforme au bouclier de protection des données UE-États-Unis Notre mécanisme de transfert de données entre l’UE et les États-Unis est transparent, comme le confirme notre obtention du bouclier de protection des données UE-États-Unis. Wrike compte parmi les premières entreprises titulaires de cette certification. Pour obtenir le certificat du bouclier de sécurité, les entreprises des États-Unis doivent remplir un certain nombre de critères élaborés par les États-Unis et l’UE, notamment une politique de confidentialité bien définie et des processus de vérification. Vous n’avez rien à faire pour que vos données soient traitées conformément au bouclier de protection. Si votre entreprise se situe dans un pays de l’UE ou en Suisse, ces règles s’appliquent par défaut. Vous pouvez compter sur Wrike Toutes ces mesures, associées à d’autres investissements dans la sécurité (notamment la validation en deux étapes, la sauvegarde automatique et le chiffrement des fichiers) offrent une protection totale des données des utilisateurs. Pour en savoir plus sur la façon dont Wrike protège ses clients à l’aide de solutions professionnelles, consultez notre site Web. Vous pouvez avoir confiance en Wrike. Vos données sont entre de bonnes mains ! 14 000 entreprises du monde entier, y compris Capgemini, Kaspersky Lab, Hootsuite, Porsche Autriche et Western Union nous font confiance pour obtenir des résultats exceptionnels sur leur marché. L'usage du centre des données dans l'UE est disponible pour les plans Wrike Professionnel, Business et Enterprise.

Automatisation Wrike : transformez vos demandes en projets avec modèle
Actualités Wrike 3 min. de lecture

Automatisation Wrike : transformez vos demandes en projets avec modèle

Votre équipe reçoit-elle un flux régulier de demandes similaires ? Si c'est le cas, vous pouvez adapter sa productivité rapidement et facilement. Wrike vient de lancer une amélioration qui permet de regrouper deux fonctionnalités très utiles : les modèles de projet et les formulaires de demande. Vous pouvez maintenant transformer automatiquement les demandes entrantes en projets avec modèle parfaitement organisés. Votre client obtient une confirmation immédiate que sa demande a bien été prise en compte, et votre équipe peut se mettre au travail dans les plus brefs délais. En prime, le projet optimisé regroupe toutes les exigences du client et permet d'organiser les tâches de manière à respecter automatiquement la date limite préférée. Étape 1 : créez votre modèle de projet Configurez un modèle de projet, en répartissant et en attribuant l'ensemble des tâches et des sous-tâches. Optimisez les différentes étapes en définissant l'ordre, la durée et l'espacement entre les tâches. Incluez toutes les instructions générales et les pièces jointes nécessaires à toute demande, directement dans le modèle. Stockez votre modèle dans un dossier distinct pour ne pas le mélanger aux véritables projets. Étape 2 : créez un formulaire de demande Créez un formulaire de demande dans l'onglet Gestion du compte > Formulaire de demande dans Wrike. Remplissez tous les champs obligatoires au préalable pour faire gagner du temps à votre équipe. Accédez aux formulaires directement dans Wrike ou rendez-les accessibles par le biais d'une adresse URL externe. Dès l'envoi, un projet est activé à partir d'un modèle actuel. Étape 3 : surveillez les nouvelles demandes Profitez d'une vue d'ensemble de l'état des demandes grâce à un tableau de bord partagé. Les tâches en retard apparaissent en rouge afin que vous ayez connaissance des éventuels risques. Identifiez les meilleurs éléments au sein de l'équipe ! Vous voulez transformer votre prochaine demande en projet instantané ? Pour savoir comment configurer des projets avec modèle, consultez cet article de la page d'aide. Les formulaires de demande sont uniquement disponibles pour les plans Wrike Business et Enterprise. Pour mettre à niveau votre compte, contactez-nous à l'adresse [email protected] ou essayez gratuitement le plan Business dès maintenant.

;