La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail

Peut-être ne l'avez-vous pas encore constaté, mais les complexités du travail moderne nuisent à votre efficacité organisationnelle. Même si, pour l'heure, les dirigeants d'entreprise semblent reléguer « l'efficacité » au second plan, le moment est venu de prendre cet aspect au sérieux, car nous fonçons tout droit vers une récession

Ces dernières années, les complexités du travail moderne sont venues saper votre rentabilité, notamment à cause de cette force invisible, mais puissante, qui œuvre au sein de votre entreprise : la « matière noire » du travail. Tout comme le CERN a identifié la matière noire comme une matière « invisible » représentant 95 % de la masse de l'univers, la matière noire du travail désigne un ensemble de tâches et d'informations, imperceptible dans l'immédiat, mais qui affecte grandement tout ce qui l'entoure.

Du rythme de travail aux outils que nous utilisons, en passant par la quantité d'informations traitées, la complexité du travail a explosé. Le travail hybride n'a fait que rendre les choses encore plus complexes, c'est pourquoi les employés et les chefs d'entreprise ont de plus en plus de mal à appréhender les tâches en cours. Dans le pire des cas, ils disposent de peu, voire d'aucune visibilité sur le travail. 

Mon équipe Wrike et moi-même avons été fascinés par la matière noire du travail, au point de vouloir la mettre en lumière. C'est pourquoi nous avons récemment lancé nos propres recherches et commandé diverses études pour analyser son impact sur les chefs d'entreprise, les employés et les entreprises dans leur ensemble. Nous voulions connaître l'ampleur de la matière noire et déterminer son coût financier, qui nous affecte tous. Les résultats sont édifiants et devraient être pris très au sérieux par les entreprises qui cherchent à accroître leur efficacité en prévision des perturbations économiques à venir. 

Voici le fruit de nos recherches.

Impact sur les entreprises 

Même si la matière noire du travail est « invisible », nous pouvons déterminer où elle sévit. Elle prolifère dans les applications synchrones et le travail non structuré, comme les fils de conversation des messageries instantanées et les appels en visio, ainsi que dans les écarts entre les systèmes et les applications qui ne sont pas intégrés. Sans une plateforme de travail unique suffisamment puissante et polyvalente pour pouvoir suivre, gérer, exploiter et aligner les tâches sur les objectifs de l'entreprise, les travailleurs du savoir et les dirigeants risquent de pâtir d'une visibilité dangereusement faible.

Pour l'heure, la plupart des responsables de fonctions organisationnelles ont généralement peu de visibilité sur les tâches effectuées par leurs équipes et ne sont donc pas en mesure de suivre en temps réel l'avancement d'une grande partie du travail. Quant aux travailleurs du savoir, ils affirment que l'employeur a une visibilité encore plus faible sur leur travail, ce qui laisse à penser que la matière noire du travail est plus répandue qu'on ne s'y attendait. 

Temps perdu

Le temps perdu sur des activités telles que répéter des tâches déjà réalisées, participer à des réunions improductives, suivre les mesures prises et surveiller les statuts coûte en moyenne des millions aux entreprises.

La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail 2

Le paradoxe du risque en temps réel

La matière noire du travail peut également avoir de lourdes conséquences sur certains projets. Sans un tableau complet du travail, les entreprises ne peuvent pas anticiper, ni même réagir aux risques potentiels, et sont donc plus susceptibles de rencontrer des problèmes entraînant le report ou l'échec du projet.

La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail 3

Exode des employés

Si, en plus du stress accru et de l'épuisement professionnel, les employés sont, par exemple, contraints de répéter des tâches, de réaliser un travail inutile ou de compenser le manque d'informations de la part de collègues, il n'est pas surprenant que certains démissionnent.

En réalité, au moins 22 % des travailleurs du savoir se déclarent prêts à démissionner à cause de problèmes frustrants de type tâches en doublon. 37 personnes ont quitté leurs unités opérationnelles depuis mars 2020 après avoir déclaré qu'elles n'étaient plus en mesure d'accomplir leur travail. Ces départs représentent un coût de 427 000 $ en roulement de personnel pour les entreprises concernées.     

La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail 4                                                      

Le coût de la matière noire du travail

Même s'il ne s'agit là que d'une partie des coûts financiers induits par la matière noire, la facture s'élève déjà à des dizaines de millions de dollars par an pour les entreprises. Tant que la matière noire du travail n'est pas correctement appréhendée et maîtrisée, ces coûts ne peuvent que grimper, car la complexité augmente avec la croissance.

La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail 5

Les entreprises de 100 employés peuvent perdre plus de 1,65 million de dollars par an, et celles de 100 000 employés, plus de 1,65 milliard de dollars par an. 

Projections

Voici le coût prévu de la matière noire en 2027 selon l'enquête :

La matière noire du travail : le coût financier lié aux complexités du travail 6

Comment correctement appréhender et maîtriser la matière noire du travail ? Il est essentiel de s'appuyer sur une source d'informations unique. Les entreprises ont besoin d'une solution qui soit suffisamment puissante pour pouvoir gérer et orchestrer des flux de travail complexes, et suffisamment conviviale pour que les employés permanents puissent l'utiliser. Les entreprises disposant à tous les niveaux d'une visibilité complète sur ces flux de travail et applications ainsi que sur leurs données seront mieux armées pour maîtriser la matière noire du travail et en sortir gagnantes.

Pour télécharger le rapport de Wrike sur la matière noire du travail, cliquez ici

Avec l'aide de Sapio Research, nous avons mené deux enquêtes contenant respectivement 20 et 28 questions auprès de plus de 2 800 personnes appartenant à l'un des deux segments de public analysés et basées dans deux régions (États-Unis et Royaume-Uni) : 

  • 2 003 employés (cadres intermédiaires ou échelons inférieurs) travaillant dans une agence ou le service informatique, gestion de projet ou marketing d'une marque et exerçant dans une entreprise de plus de 1 000 salariés aux États-Unis et au Royaume-Uni.
    États-Unis (1 200), Royaume-Uni (800)
  • 804 responsables de fonctions organisationnelles travaillant dans une agence ou le service informatique, gestion de projet ou marketing d'une marque, dirigeant ledit service informatique, gestion de projet ou marketing, et exerçant dans une entreprise de plus de 1 000 salariés aux États-Unis et au Royaume-Uni). 
    États-Unis (500), Royaume-Uni (300)

Consultez le rapport complet ici et améliorez votre compréhension des complexités du travail.

Commentaires 0

Nous sommes désolés, vos paramètres de confidentialité ne permettent pas d'afficher ce contenu. Pour le visualiser, cliquez sur le bouton « Préférences en matière de cookies » et acceptez les cookies de publicité.

Préférences en matière de cookies