Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent sont-elles toujours d’actualité ?

 

Lorsque Stephen Covey a publié son ouvrage phare sur la productivité personnelle et leadership en 1989, il ne savait pas quel genre d’impact cela créerait, pas seulement dans le monde des affaires, mais dans toutes les industries et même les frontières internationales. Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent est devenu son livre le plus populaire. Plus de 25 millions d’exemplaires ont été vendus dans plus de 40 langues et il est devenu le fondement de sa carrière de consultant et d’orateur. Ce livre a fermement établi Stephen Covey comme un gourou de la gestion, et son entreprise, Covey Leadership Center, comme référence en matière de conseils de gestion. À un moment donné en 1996, leur liste de clients comportait 82 des entreprises du classement Fortune 100.

Mais sur quoi portait réellement le livre ? Et ces 7 habitudes que Stephen Covey a énoncées dans son livre sont-elles toujours d’actualité dans un monde à grande vitesse qui a entendu un trop grand nombre de mantras de productivité ?

Tout d’abord, quelles sont les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent ?

Tout d'abord, examinons le contenu de son livre. Stephen Covey postule que toutes les personnes très productives et très efficaces avec une once de compétences en gestion du temps et des capacités de priorisation utilisent sept habitudes de base pour tout relier. Ces 7 habitudes sont :

1. Être proactif

Être réactif signifie se concentrer sur les choses que vous ne pouvez pas contrôler puis s’en plaindre inutilement ! (« Personne ne télécharge plus d’applications ! Quelle horreur d’être actuellement un développeur d’applications ! ») Mais être proactif signifie choisir de se concentrer sur ce que vous pouvez contrôler et influencer et d’utiliser ces éléments pour améliorer votre situation. (« Comment puis-je rendre mon application tellement accrocheuse que tous mes clients en seront dépendants ? »)

2. Commencez avec l’objectif final en tête

Lorsque vous visualisez l’objectif final, vous finissez par avoir une vision stratégique pour vous-même ou votre société. Chaque projet, en fait, chaque tâche sur laquelle vous travaillez devrait s’aligner et vous rapprocher de ce but. « Ces choses sont-elles importantes ? Me rapprocheront-elles de mon but ? » Si ce n’est pas le cas, alors vous perdez du temps à faire quelque chose qui vous mènera dans un endroit différent de ce but final.

Une étape importante dans la définition des objectifs est de connaître les valeurs que vous représentez, parce que tout ce qui est au centre de votre vie sera source de sécurité et de puissance. Cependant, cette conscience de soi peut parfois conduire à des changements de paradigme. Parce que vous rencontrerez forcément des « scénarios » inefficaces ; ces habitudes incorporées qui ne sont pas alignées avec ce à quoi nous donnons vraiment de la valeur (par exemple, manger des hamburgers de restauration rapide sur le chemin du retour, quand vous savez qu'une bonne santé est importante pour vous), ce qui signifie uniquement que vous devrez aligner à nouveau ce vous faites avec ce que auquel vous attribuez vraiment de la valeur. Il s’agit d’un processus que Stephen Covey appelle « rescripting » (écriture de nouveaux scénarios), et cela fait partie intégrante du changement de votre paradigme, de l’utilisation de votre imagination pour visualiser votre avenir idéal et du recâblage de vos habitudes et de vos actions pour faire avancer cet objectif.

3. Une chose après l’autre

Dit simplement, cela consiste en l’habitude de donner la priorité la plus importante et la plus urgente à tout rôle dans lequel nous sommes. Pour comprendre cela, vous établissez une carte de toutes vos préoccupations sur une matrice de gestion du temps (aussi connu sous le nom de matrice Eisenhower) et placez chacune des préoccupations dans l’un des quatre quadrants suivants : [1] important et urgent, [2] important mais pas urgent, [3] urgent mais pas important, [4] pas urgent et pas important. De cette façon, vous pouvez vivre la vie selon les valeurs que vous avez choisies dans l’habitude N° 2 et vous vous déplacez consciemment vers ces objectifs en mettant l’accent sur éteindre l’incendie dans le quadrant 1, puis passer le reste du temps à vous améliorer dans le quadrant 2.

4. Pensez gagnant-gagnant

Bien sûr, vous êtes en compétition et vous voulez gagner. Mais pour réussir, une autre personne ou société n’a pas à perdre. Pour vos interactions les plus importantes, pensez toujours gagnant-gagnant ; cela signifie trouver des moyens d’établir des relations d’interdépendance mutuellement bénéfiques pour toutes les parties prenantes. Par exemple, cela pourrait signifier la collaboration avec des concurrents afin que vous puissiez augmenter la prise de conscience de votre industrie. Ou peut-être une entreprise qui permet à un travailleur de faire du travail à distance afin que cette personne puisse faire plus de travail loin des distractions de bureau et prendre soin de son enfant en bas âge.

Penser gagnant-gagnant ne peut se produire que lorsque vous avez une mentalité d’abondance ; c'est une vision du monde où il y a beaucoup plus de « succès » pour tout le monde. Penser autrement, la mentalité de rareté, vous mènera à jouer un jeu à somme nulle, où « Si tu l’as, moi je ne l’ai pas. »

5. Cherchez d’abord à comprendre, puis à être compris.

Il s’agit d’un principe qui est martelé lors de la formation de chaque personne de marketing (en particulier lors du marketing par courriel et en ligne) tout simplement parce que les publics cibles demanderont toujours « Quel est l’avantage pour moi ? » Ce qui signifie que les marketeurs ne peuvent pas parler de toutes les nouvelles fonctionnalités et de tout le travail qu’ils ont fait pour améliorer le produit. Au lieu de cela, ils doivent écouter avec empathie ce que leurs clients disent au sujet de leurs problèmes. Une fois que vous obtenez une compréhension profonde de l’histoire de votre public, alors vous pouvez répondre d’une manière qui aborde vraiment leurs préoccupations.

6. Synergie

Voici un terme qui sonne ringard 27 ans plus tard. Ce que cette habitude signifie simplement est de se livrer à un travail d'équipe si ouvertement et si bien que même les désaccords et les divergences d’opinions peuvent en quelque sorte conduire à trouver de nouvelles façons d’aborder un problème. Lorsque les membres d’une équipe pensent gagnant-gagnant et cherchent d’abord à se comprendre les uns les autres, cela finira par conduire à une synergie, à s’aligner avec les mêmes objectifs, et à trouver des solutions créatives en dépit du chaos de la gestion d'un projet. Bien sûr, le terme a été utilisé et abusé au fil des ans, mais l’intérêt général de cette habitude sonne vrai, peu importe la décennie dans laquelle vous vous trouvez.

7. Aiguisez la scie

L’habitude finale traite de la recharge de l’esprit et peut sembler comme l’habitude la plus sentimentale des habitudes de Stephen Covey. Aiguiser la scie signifie simplement prendre le temps de vous assurer que votre esprit, votre corps, votre cœur et votre esprit sont prêts à relever le défi d’une amélioration constante. Mais cela ne peut se produire que si vous prenez un peu de recul de votre programme frénétique pour vous reposer, vous détendre, réfléchir, lire les Saintes Écritures (Stephen Covey était un mormon pratiquant) ou la grande littérature, et passer du temps de qualité avec vos proches.

Résumé des 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent

Était-ce trop long ? Si vous n’avez pas eu la patience de tout lire, cette vidéo résume très justement les 7 habitudes de Stephen Covey à l’aide de tableaux blancs électroniques très efficaces :

Le monde a-t-il évolué et rendu ce livre désuet dans notre culture d’hyperproductivité ? Je dis non ! Même si certains éléments semblent vieux jeu (« synergie » ?) ou métaphoriquement ringards (« aiguiser la scie »), la plupart des 7 habitudes de Stephen Covey sont des principes intemporels, non seulement pour faire des choses de manière inconsciente, mais pour regarder le travail et vous-même à partir d’une perspective plus élevée. Ses habitudes vont à la racine du problème, à savoir : Nous ne pouvons pas améliorer notre efficacité jusqu'à ce que nous sachions pourquoi nous cherchons à l’optimiser, quels sont nos objectifs et pourquoi nous travaillons tous tellement dur. Et nous ne pouvons certainement pas commencer à penser à des situations gagnant-gagnant tant que nous ne sommes pas assez mûrs pour comprendre qu’il y a assez succès pour tout le monde. Pour finir, Stephen Covey n’a pas seulement écrit un manuel pour l’efficacité de l’entreprise, il a écrit un manifeste pour vivre la vie mûrement.

En savoir sur les habitudes

Commentaires 0

Oups ! Ce contenu n'est accessible que si vous acceptez les cookies.

En savoir plus.